Sélectionner une page

L’importance du bien-être en entreprise

Le 28 Avril prochain aura lieu la journée mondiale sur la sécurité et la santé au travail en collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT).

Ce courant emergeant depuis les années 1960 part d’une constatation simple : un collaborateur épanoui est bénéfique pour la bonne marche de son entreprise !
Cette logique implacable vient du fait que nous passons une large portion de nos vies au travail (plus de 200 jours par an pendant 40 ans…), il paraît donc naturel pour une entreprise que de prêter attention à ses collaborateurs.
Beaucoup de chemin a été parcouru depuis 60 ans et les initiatives vont désormais bien plus loin qu’installer un baby-foot dans la cafétéria ou des réductions au cinéma, nous sommes désormais en route vers le Wellbeing 3.0.

 

Un sujet d’actualité

L’Anact, l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail, remarque que, depuis quelques années, les entreprises s’intéressent de plus en plus au bien-être de leurs collaborateurs et commencent à mettre en place des démarches afin d’améliorer les conditions de travail.

Des convictions que partage Carole Lepelley, responsable développement RH et Organisation de l’institut Great place to work qui publie chaque années le classement des entreprises ou il fait bon vivre. Mais elle explique cela par des considérations beaucoup plus darwiniennes. « Beaucoup d’employeurs n’ont tout simplement plus le choix. S’ils ne changent pas leur culture et leurs process dans un monde qui évolue à vitesse grand V, ils disparaîtront, tranche-t-elle. Les grands groupes commencent à se remettre en question de manière assez spectaculaire, comme c’est le cas par exemple pour la MAIF. »

Le bien-être des collaborateurs et la mobilité sont donc les incontournables des entreprises qui souhaitent sortir du lot et se positionner comme des acteurs vertueux en quête de talents engagés et partageant leurs valeurs. Prendre en compte de tels éléments est une nécessité absolue.

Ainsi, dirigeants de compagnies et services RH intègrent une dimension « bien-être » ou « wellness » qui sont vues désormais comme des axes stratégiques pour la vie des collaborateurs et la bonne santé des organisations.

«We see sustainability, both social and environmental, as a powerful path to innovation, and crucial to our growth strategies »
Mark Parker
President and CEO, NIKE, Inc,

 

Problèmes multifactoriels et réponses pluridisciplinaires :

La démarche positive d’implanter des initiatives de wellness au sein des lieux de travail a pris des formes variées : massage, yoga, ostéopathie, ou bien encore des challenges sportifs et des ateliers (n’hésitez pas à consulter nos autres articles sur le sujet). Ces pratiques présentent des bienfaits incontestables pour les collaborateurs, mais aussi quelques défauts comme le manque de considération et de ressources qui y sont allouées, notamment en temps. On voit donc leur attrait vite s’essouffler.

Pour qu’elles soient efficaces, elles doivent être combinées à une vision en premier lieu puis à une stratégie permettant de rendre les initiatives menées engageantes, et efficaces.

Pour comprendre l’idée de vision globale, il faut partir d’un exemple, le stress disons. Pour soigner les gens qui en souffrent, les causes doivent être identifiées afin de les réduire ou de minimiser leur impact. Vient-il de l’environnement de travail directement, d’un mauvais équilibre entre vie professionnelle et vie privée, d’une fatigue physique ? D’une combinaison d’un ou plusieurs de ces facteurs ? Pour avoir une réponse appropriée les initiatives portant sur le bien-être des collaborateurs commencent par une remontée de l’information et une identification des problématiques individuelles et collectives.

Continuons sur cet exemple de problématique de stress, une fois les causes identifiées, encore faut-il pouvoir y apporter une réponse. Mon alimentation est-elle en cause ? Ma posture au travail me fait souffrir et me fatigue ? La réponse peut faire intervenir plusieurs praticiens et pratiques, combiner les actions dont le succès est prouvé, au sein d’une vision pluridisciplinaire appelée vision holistique, c’est là l’enjeu des programmes de bien-être !

 

Le futur du « Corporate Wellness »

Implanter du bien-être sur le lieu de travail au sein d’une démarche construite rend ses progrès quantifiables -aussi bien individuellement- que pour les entités les regroupant. On peut donc en mesurer et décupler l’efficacité.

On voit donc apparaître des programmes de wellness, et spécifiquement ceux d’AYIN qui utilisent un concept global, celui du WAAS, le wellbeing as a service. Dans lequel un acteur unique vient co-construire avec votre entreprise une stratégie de bien-être personnalisée et individualisée puis vous aide à la mettre en œuvre de façon active grâce au réseau de praticiens certifiés AYIN. Une méthodologie, un coût complet par collaborateur, une mesure de l’evolution des progrès.

C’est ça le wellbeing 3.0 : donner du sens dans une vision holistique !

 

Crédit : Alexandre SOLTANI, VP Corporate Development @ AYIN