Sélectionner une page

Dans une société où nous investissons beaucoup dans notre travail, l’environnement dans lequel nous évoluons est déterminant. Les entreprises l’ont compris. Elles veillent désormais à soigner le cadre de travail tant pour ses salariés que pour ses clients.

La nature entre dans les environnements de travail : après avoir longtemps joué un rôle purement décoratif, les plantes et les espaces verts révèlent leur influence sur la santé et le bien-être, grâce à de nombreuses études scientifiques menées au cours des dernières décennies.
Revenons sur les bénéfices de la végétalisation de l’espace de travail.

 

Les plantes au travail : quand les entreprises se végétalisent

 

Du hall d’accueil aux open-spaces, du toit-terrasse au patio de la cafétéria, les plantes vertes, compositions florales, murs végétalisés, carrés de jardin prospèrent dans les univers de travail les plus high tech et productivistes.

Progressivement, les offres de location et d’entretien de plantes, puis de paysagisme d’entreprise, et enfin de jardins d’entreprises, ont fleuri aux Etats-Unis puis essaimé largement dans le monde économique.

Certains parlent même « d’agriculture d’entreprise », lorsque la possibilité est offerte à des salariés, de cultiver un potager, sur leurs temps de pause.

Des concepts architecturaux naissent : ainsi du « design biophilique » qui se fonde sur la conviction que l’Homme a un besoin instinctif d’être constamment connecté à la nature et que l’intégration d’éléments naturels dans l’environnement de travail a un effet positif sur le bien-être et la performance.

 

Pourquoi végétaliser un espace de travail ?

1 –  Pour augmenter le bien-être et les performances au travail

 

Dès 1993, Rachel et Stephen Kaplan, professeurs de l’Université du Michigan spécialisés en psychologie environnementale, montrent que des salariés qui peuvent voir par la fenêtre, des arbres et des fleurs depuis leur bureau, sont moins stressés et plus satisfaits au travail.

En 2002, Tove Fjeld, de la faculté d’agronomie d’Oslo, dans son étude « The effect of plants and artificial day-light on the well-being and health of office workers, school children and health care personnel », met en évidence l’impact direct sur la santé, de la présence de plantes dans le lieu de travail : réduction de 19% des maux de tête, 30% de la sensation de fatigue, 37% de la toux, etc. Les entreprises soucieuses de la santé et du bien–être de leurs salariés n’hésiteront pas à disposer quantité de plantes vertes dans leurs établissements.

Qu’en est-il de l’influence des plantes sur les comportements professionnels ? Une étude sur 8 mois, menée par Robert Ulrich de l’Université du Texas, montre que la présence de fleurs et plantes vertes dans les bureaux, entraîne une augmentation de 15% de la créativité. Plus récemment, une étude de l’Université de Cardiff conclut qu’il suffit « d’enrichir un bureau jusque-là spartiate, avec des plantes pour accroître la productivité de 15% » là aussi. Cet argument achève de convaincre les adeptes de bureaux dépouillés.

D’après le baromètre Edenred-Ipsos mesurant le bien-être au travail, en 2016 les Français seraient parmi les moins heureux d’Europe en matière de bien-être au travail (12es sur 15 pays interrogés).

L’étude met en avant trois piliers ayant un impact direct sur la perception qu’à un salarié de son travail : l’émotion provoquée par les tâches confiées, l’attention accordée au salarié mais aussi le cadre de travail. Sur ces deux derniers points, le végétal et la nature ont un véritable rôle à jouer.

Seuls 67% des Français se déclarent « satisfaits de leurs conditions de travail », un chiffre en dessous de la moyenne mondiale située à 71%.

En cause ? Un environnement vu comme peu accueillant. Un sentiment qui pourrait disparaitre en végétalisant les espaces de travail.

96% des Français déclarent que le contact avec les plantes, les végétaux et les jardins est un aspect important de leur équilibre quotidien. C’est un constat qui s’applique aussi au monde de l’entreprise où l’on voit qu’il existe une relation positive entre espaces verts et bien-être.

Plantes d’intérieur, toitures, murs et terrasses végétalisées, voire éco-pâturage : de nombreuses solutions de végétalisation existent en fonction de l’espace disponible.

 

2 – Pour mettre fin aux open space déshumanisés

 

Le monde de l’entreprise a compris que le « travailler autrement » nécessitait de nouveaux aménagements.
L’open space est un espace de travail où les bureaux ne sont pas séparés par des cloisons. En conséquence, les personnes se voient et s’entendent.

Cette vague de « décloisonnement » peut créer le mal-être chez certains collaborateurs, engendrer des problèmes de concentration, c’est pourquoi les cloisons végétales ont tout bon.
En plus d’apporter une jolie touche de verdure à la pièce, les plantes ont l’avantage de pouvoir servir de séparation entre deux espaces.

 

 

3 – Pour améliorer la qualité de l’air

 

Les premières études qui ont démontré les capacités dépuratrices des plantes ont été menées par la Nasa dans les années 70 et 80. Il s’agit d’un phénomène que l’on appelle bio-épuration.

Car c’est un fait, les matériaux de construction et de décoration, mais aussi le mobilier et les produits d’entretien et de bricolage, diffusent des composés organiques volatiles (COV) sources de pollution, principalement des :
• formaldéhyde,
• benzène,
• trichloréthylène
• xylène,
• toluène.

 

Comment les plantes purifient l’air ?

Elles agissent comme de véritables stations d’épuration.
Le principe de cette dépollution « bio-épuration » consiste en l’échange gazeux entre les plantes et leur environnement. Les substances polluantes de l’air sont absorbées par les feuilles des plantes qui en retour émettent de la vapeur d’eau. Ce mécanisme appelé « transpiration » améliore ainsi le taux d’humidité intérieur ainsi que le taux d’oxygène.

Chaque plante a ses propres qualités et peut donc être choisie à bon escient en fonction du type de pollution que l’on souhaite contrecarrer dans une pièce.
En respirant les plantes assurent la régulation de l’humidité ambiante, mais également la biofiltration des substances nocives présentes dans l’air.
Certaines plantes sont plus performantes que d’autres, certaines plus efficaces sur des polluants spécifiques.
Une raison supplémentaire pour végétaliser nos espaces de vie.

 

Comment mieux profiter de ces espaces verts au quotidien en entreprise ?

 

• Cas n°1 : vous disposez de plantes sur votre lieu de travail. Vous occuper vous-même d’une plante quelques instants chaque jour, vous permettra de vous reconnecter à votre nature profonde et de retrouver le calme. Arroser, dépoussiérer, retirer quelques feuilles sèches ou abîmées : une bonne façon de déconnecter le mental pour mieux l’employer ensuite.

• Cas n°2 : votre bureau n’accueille pas de plantes vertes. Allez alors chercher la chlorophylle dehors ! Quelques minutes au contact de l’air extérieur et de la lumière naturelle, dans une allée arborée ou un parc, vous rechargeront pour plusieurs heures. Oxygénation cellulaire, activation de la circulation sanguine, autant de bienfaits dont votre efficacité professionnelle tirera profit.
Pour beaucoup d’entre nous, ces études scientifiques ne font que confirmer ce que nous ressentons instinctivement et que de nombreuses traditions, indiennes, japonaises… ont enseigné : la présence de la nature est indispensable à notre équilibre et c’est notre première source d’énergie.

Alors, à l’heure de la recherche de gains sur les mètres carrés, emboîtons le pas de ces entreprises qui prévoient d’emblée une large place aux végétaux ! Cultivons les plantes, décoratives et dépolluantes, et nous n’en travaillerons que mieux !

La végétalisation des locaux fait partie intégrante des programmes de bien-être en entreprise créés par AYIN. Si le besoin s’en fait sentir, nos partenaires créerons l’environnement de travail qui vous correspond.

 

Crédits : Virginie Racapé (Paysagiste d’intérieur), Estelle Becuwe (Editorialiste Bien être et Vitalité au travail)